Vous êtes ici

Pôle Vert : Patrice Pluyette, un auteur en résidence
Littérature
Du 05 septembre au 18 décembre 2022 : un auteur en résidence à Golfe du Morbihan – Vannes agglomération !

Pour la troisième année, l’agglomération et la Direction des Affaires Culturelles ont conventionné un « Contrat Territoire Lecture », sur le Pôle Vert du Réseau des Médiathèques du Golfe, c’est-à-dire sur les communes de Theix-Noyalo, Sulniac, Séné et La Trinité Surzur.

Deux objectifs à la clé :

  • Permettre à un artiste de développer un projet de création personnelle autour de l’écriture de soi. La collectivité permet ainsi de donner corps à la figure de l’écrivain, de permettre à un auteur de conforter son parcours, de vivre une proximité territoriale avec les habitants du pôle vert.
  • Permettre la rencontre entre un auteur, des partenaires locaux et les habitants du territoire. Pendant la résidence, l’artiste proposera des ateliers d’écriture, des rencontres autour de son travail. Toutes les informations seront accessibles sur le site des Médiathèques du Golfe. 

Cette année, nous aurons le plaisir d’accueillir un auteur dont les qualités littéraires ont d’ores et déjà pu être mises en avant par nombre d’acteurs du livre : Patrice Pluyette

affiche_ctl_3_format_jpeg.jpgNé le 5 septembre 1977 à Chevreuse dans les Yvelines, il est diplômé d’un mémoire de  Maîtrise de Lettres Modernes à Paris IV La Sorbonne (mention très bien) sur « Le   merveilleux dans l’œuvre d’Eugène Ionesco ».

Il se consacre pleinement à l’écriture depuis 2002. En 2004, il a quitté la région  parisienne avec sa femme et son fils pour venir s’installer au bord de la mer. Il publie son premier texte en 1999 dans une revue littéraire, puis son premier livre, un recueil de poèmes, en 2001 (Décidément rien, éditions Galerie-Racine). Suivent deux romans très   remarqués qui sortent aux éditions Maurice Nadeau : Les béquilles (2004) et Un Vigile (2005). Ensuite six romans voient le jour aux éditions du Seuil dans la collection   Fiction   et Cie : Blanche (2006, roman d’amour), La traversée du Mozambique par temps calme, Prix Amerigo Vespucci, Prix Mac Orlan (2008 : roman d’aventure), Un été   sur   le  Magnifique (2011 : roman érotique), La fourmi assassine (2015 : roman policier) et dernièrement La vallée des Dix Mille Fumées (2018 : roman naturaliste). Un  prochain   roman, tout juste achevé, est déjà programmé pour la rentrée de janvier 2023 : Film fantôme (roman de chevalerie et de cinéma). Certains de ces romans,   notamment La   traversée du Mozambique par temps calme et La fourmi assassine, ont été sélectionnés pour le Prix Goncourt, finaliste du Prix Goncourt des Lycéens, le Prix Médicis, le Prix du style, le Prix

Jean Giono, le prix RTL/lire, le Prix Vialatte, le Prix Folire. La traversée du Mozambique par temps calme est sorti en poche en 2009 à la rentrée littéraire « poche » et a été sélectionné la même année par les libraires dans la catégorie « coup de coeur, été des libraires ». Son prochain roman sortira en 2023.

En 2004, 2005, il fait partie de l’équipe radiophonique des « Papous dans la tête » sur France Culture.

En 2010, il a été lauréat de la Villa Médicis, académie de France à Rome. Il y a été pensionnaire durant un an.

En 2017, en lien avec la région Île de France, il a bénéficié d’une résidence d’écriture au Muséum National d’Histoire naturelle de Paris où, pour écrire son livre La vallée des Dix Mille Fumées et s’inspirer, il a suivi les scientifiques dans leur travail à Paris et en station biologique en Auvergne pendant un an. Le croisement de la science et de la littérature est à l’origine de son désir de créer cette résidence. Il a été l’un des premiers écrivains à entrer au Muséum comme résident. En 2020, il a bénéficié d’une résidence d’écriture d’un mois à Villa Marguerite Yourcenar et à la Maison Julien Gracq.

« Mon dixième roman, que je suis en train d’écrire aborde la question de l’autobiographie, et plus précisément : comment rendre sa vie plus intéressante encore qu’elle ne l’est grâce au recours du romanesque. Comment aborder, développer et situer la part d’invention qui est parfois nécessaire pour faire ressortir une situation ou une relation, la part de transformation et de vérité par rapport à des faits qui se sont réellement passés.

Inventer à partir de son propre parcours de vie est-il nécessaire, bénéfique, salutaire ? Ne peut-on pas retranscrire la vie exactement comme elle est ? ».

« Il semblerait que l’écriture, par son procédé même de mise à distance, sublime la réalité, quoiqu’on veuille : grâce à elle, un moment triste sera très triste, un moment heureux très heureux. »

En savoir plus (cliquez sur les liens) :

On parle de Patrice Pluyette sur KUB ainsi que de son dernier ouvrage : « La vallée des dix-mille fumées ». – Seuil, 2018.

Toute la programmation des ateliers et animations de septembre à décembre : programmation